Qui êtes-vous ?

Ma photo
Québec, Canada
J'ai créé ce blog avec comme objectif principal de partager, avec la communauté enseignante, des articles sur la pédagogie et sur notre pratique pédagogique et didactique.

De plus ...

Je vous invite aussi à visiter mon site Internet de classe Pédago@Web ainsi que mon facebook Fan de classe et LinkedIn

CE QUI EST «IN»

Voir les articles de ce BLOG les plus consultés et les plus populaires au bas de la page (compilation des derniers 30 jours)

License

Contrat Creative Commons Le BLOG yvesmorinblog.blogspot ainsi que les textes de M. Yves R. Morin sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité 3.0 non transcrit. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à yves.r.morin@gmail.com.

lundi 28 mars 2011

Les TIC (Technologies d'information et de communication) en pédagogie

*      Les 6 étapes de l’intégration des TIC à son enseignement et à sa pédagogie

[La compétence professionnelle se situe au-delà du prescrit.]  
 Philippe Perrenoud

En intégrant les TIC à ma pédagogie, je me suis vite rendu compte que la compétence dans le domaine ne se limite pas à la connaissance des outils technologiques. Que de savoir faire fonctionner un ordinateur, utiliser un projecteur et un PowerPoint en classe, envoyer un courriel, utiliser des progiciels comme Office ; est loin d’être suffisant. De savoir que nous avons une clientèle nommé par certains experts  « la génération TIC » est aussi très approximatif. Ce n’est pas parce qu’on leur demande d’effectuer des tâches et des travaux à l’ordinateur qu’ils apprendront plus et mieux ou qu’ils seront plus motivés et mobilisés à leur métier d’étudiant.

Avant de pouvoir intégrer entièrement les TIC à sa pédagogie, l’enseignant doit savoir qu’il devra passer inévitablement par 6 étapes fondamentales et indispensables :

Étape 1. La connaissance technologique
Étape 2. Les TIC pour la didactique
Étape 3. Les TIC pour la prestation en classe
Étape 4. Les TIC pour communiquer
Étape 5. Les TIC pour la collaboration
Étape 6. Les TIC pour l’apprentissage/Intégration

Expliquons-les une à une pour mieux comprendre ce processus fondamental. J’ai moi-même franchi ces étapes depuis 8 ans et je crois être en mesure d’affirmer que j’entreprends à peine la sixième étape.

Ø  Étape 1. La connaissance technologique

L’enseignant novice TIC doit d’abord réaliser l’importance de l’apprentissage des outils technologiques. À cette étape, le novice TIC doit se former ou s’auto-former d’abord et avant tout dans un contexte de réalisation personnelle. J’ai moi-même mis environ 2 ans pour terminer cette première étape. Nous sommes très loin de l’application en classe ici. Apprendre pour apprendre, savoir comment fonctionne Office dans ses moindres détails, apprendre l’usage des courriels, la navigation Web, la recherche Web, les outils existants sur le Web, les gratuiciels disponibles en pédagogie, les ressources Web disponibles, comment faire un site Web (mes étudiantes produisent de très beaux sites en 3 leçons de 4 heures avec Word …), comment enregistrer des commentaires audio pour de la rétroaction, comment fonctionne le serveur du collège et le réseau … etc. Il n’y a de limites que le bon vouloir de l’enseignant novice TIC.

Lorsque ce dernier se trouve en confiance face à ses apprentissages et à ses compétences techniques, il peut dès lors progresser à la prochaine étape.


Ø  Étape 2. Les TIC pour la didactique

À cette étape, l’enseignant verra l’utilité des TIC comme outil pour rechercher et se documenter sur ses cours et contenus dans le but avoué d’améliorer sa didactique. Heureux de mes nouvelles connaissances en recherche Web, j’ai alors utilisé l’ordinateur pour améliorer le contenu de mes cours. C’est dément ce que l’on peut trouver sur le Web. Couramment les sources sont douteuses (nous les laissons alors tombées) mais souvent aussi, les sources sont excellentes et très enrichissantes. J’y ai consacré environ 1 an. (2 sessions et mon été à revoir mes contenus et à les améliorer largement en y incorporant de la documentation pertinente et appropriée en provenance du Web)

Vous distinguerez que durant ces 2 premières étapes, l’élève ne voit pas beaucoup d’impact dans la classe. Il commencera à noter des différences lorsque l’enseignant passera à l’étape suivante.


Ø  Étape 3. Les TIC pour la prestation en classe

L’apprentissage que l’enseignant novice TIC réalise à l’étape 1 ainsi que la motivation accrue qu’il éprouvera après l’étape 2, amènera ce dernier à vouloir utiliser les TIC pour produire, créer et publier du matériel didactique et pédagogique pour ses cours et pour ses apprenants. L’objectif étant d’introduire de nouvelles façons de présenter les théories et les contenus (PowerPoint, son, multimédia avec projecteur et ordinateur, tableaux, vidéo, photos …). J’ai mis environ 2 ans pour parachever cette troisième étape. Quatre sessions à revoir ma présentation des notions et théories, à adapter mes leçons au multimédia tout en conservant partiellement l’approche traditionnelle de prestation d’enseignement. (L’approche dite «magister»)

Vous percevrez certainement que les trois premières étapes n’affectent que l’enseignant et très peu les élèves. Ces derniers n’y trouveront donc qu’un intérêt renouvelé éphémère mais sans plus et après quelques leçons « nouveau style » (avec multimédia et autres) ; la routine pédagogique s’installera à nouveau. Durant les trois premières étapes, l’enseignant change considérablement mais il n’innove pas. Un enseignant peut arrêter l’implantation des TIC ici et poursuivre son enseignement en conservant son approche traditionnelle de type «magister». C’est normal et efficace si ses objectifs sont atteints. C’est aussi un choix personnel. Par contre, si l’enseignant décide de poursuivre vers l’innovation pédagogique (vers la pédagogie d’apprentissage qui place les étudiants en action et en interaction, entre eux, les TIC et les contenus) il devra alors passer aux étapes 4, 5 et 6 qui sont beaucoup plus signifiantes et exigeantes mais qui font, j’en suis certain, apprendre plus et mieux.


Ø  Étape 4. Les TIC pour communiquer

Lorsque l’enseignant TIC (nommons-le intermédiaire à ce stade) décide d’entreprendre la 4ième étape de sa progression, ses objectifs et intentions commenceront dès lors à se tourner vers l’apprenant. La première phase de cette ouverture vers l’apprenant évoluera autours de l’usage des TIC pour communiquer et échanger avec ses étudiants dans le contexte pédagogique de vouloir ouvrir et démocratiser les échanges et ses cours.

L’enseignant TIC intermédiaire décidera alors de une ou plusieurs des options suivantes : mettre son adresse courriel sur son plan de cours, invité les étudiants à déposer des travaux sur le répertoire du collège, y déposer lui-même quelques documents, commencer à utiliser la plateforme MIO pour envoyer des messages à ses étudiants, recevoir des messages de ceux-ci via cette même plateforme, y déposer des documents de cours.

Pour les plus audacieux, la conception d’un site Web sur ProfWeb pourrait être séduisante. Cette option permet à l’enseignant de donner accès aux étudiants à ses documents de cours (notes, plan de cours, échéancier, travaux, présentations PowerPoint, menu des leçons, lectures à faire, indications pour se préparer aux leçons …) et ce, 24 heures par jour / 7 jours semaine. L’enseignant peut aussi arranger sur son site des hyperliens extérieurs vers des contenus complémentaires à ses notes de cours et autres liens utiles à l’apprentissage. Pour ma part, c’est l’option que j’ai choisi et j’ai mis environ 1 an à concevoir mon site pour communiquer et pour démocratiser mon enseignement. J’ai alors classé sur ce premier site, mes contenus de cours, mes notes de cours, mes plans de cours, mes activités, mes devoirs, le déroulement de chacune de mes leçons, le menu de ces leçons, des indications sur la remise des travaux, les dates importantes de remise des travaux, mes grilles de correction …. Mes cours étaient alors disponibles 24 heures par jour / 7 jours par semaine. Je venais de démocratiser mon enseignement à la perfection. Je venais de lâcher prise sur le contrôle absolu de ma matière. À la limite, une étudiante qui s’absentait d’une leçon pouvait accéder à mon site, aller sur la leçon correspondante, télécharger le menu de cette leçon, consulter les notes relatives aux contenus théoriques, télécharger l’activité ou le devoir de la leçon, consulter la présentation PowerPoint que j’avais utilisé pour les théories et me remettre son devoir la semaine suivante avec des résultats relativement passable. Incontestablement, il lui manquait toute la portion formative pour l’exercice de la leçon, les exemples pour illustrer les théories mais au moins ; elle ne ratait pas entièrement le contenus essentiel pour sa progression.


Ø  Étape 5. Les TIC pour la collaboration

En complétant mes cours au programme du diplôme en enseignement et à celui de la maîtrise, j’ai été mis en contact avec des notions et paradigmes essentielles à l’étape 5 : le socioconstructivisme et l’apprentissage par les pairs. Il m’est alors venu à l’idée d’utiliser les TIC et mon site Internet pour placer les étudiants en situations de collaboration et de coopération. Pour initier, dans mes cours, encore plus de socioconstructivisme et d’apprentissage par les pairs.

L’étape 5, que j’ai terminé la session dernière, m’a permis de compléter mes accès Web en élaborant, pour mes apprenants, un BLOG et un FORUM. Deux plateformes très utiles pour permettre les échanges et les interactions asynchrones entre les étudiants ; pour permettre l’entraide aux devoirs et aux travaux. Le succès, à date, est moyen. Environ 50% de mes étudiants s’inscrivent sur mon FORUM et profitent de la plateforme pour s’entraider et apprendre entre eux. Devrais-je inclure dans mes grilles de correction un critère comportant sur l’échange à l’intérieur de ces plateformes et sur la participation globale ? Je ne sais pas … la question est lancée et ouverte aux suggestions.

Certains diront que 50% de résultats pour une plateforme de ce type, c’est excellent et vous avez peut-être raison. L’étudiant a quand même le choix de s’inscrire ou non et cela, en soi, est aussi un apprentissage : de savoir que l’on n’aime pas coopérer ou que l’on n’a pas le goût de le faire.


Ø  Étape 6. Les TIC pour l’apprentissage

Cette session, j’entreprends la sixième et dernière étape de l’intégration des TIC à ma pédagogie. Cette étape tiendra beaucoup plus du processus que d’une étape délimitée dans le temps. J’ai l’intention, dans les prochaines années, d’utiliser les TIC pour animer mes leçons, pour conduire et organiser mes activités d’apprentissage et pour faire apprendre mieux mes étudiants ; pour développer leur autonomie et la prise en main de leur développement comme apprenant. Mon objectif est de préparer et de concevoir des activités d’apprentissage (utilisant les TIC) qui puissent favoriser le développement _ chez l’élève _  de plusieurs des principes suivants si important aux apprentissages significatifs :

Ø  Renforcer et augmenter  les contacts enseignants-élèves à distance;

Ø  Satisfaire les attentes plus élevées de la part des élèves plus forts en leur donnant accès à d’autres activités exploratoires plus mobilisatrices ;

Ø  Inciter les étudiants à effectuer plus de travaux de préparation aux leçons via mon site Web et mon FORUM ; de la maison en choisissant le temps le plus approprié pour eux ;

Ø  Placer en action les étudiants plus faibles tout en les responsabilisant et en les guidant vers une plus grande autonomie;

Ø  Soutenir un apprentissage encore plus réactif et/ou proactif et/ou interactif;

Ø  Faciliter une rétroaction immédiate et efficace avec l'enseignant et entre les étudiants;

Ø  Améliorer et augmenter le temps d’étude et de lecture, de consultation de mon site Web et du FORUM;

Ø  Encourager les talents diversifiés et les intelligences multiples par des activités au choix plus diversifiées;

Ø  Introduire des activités du genre « approche par problèmes et TIC » pour permettre aux étudiants de s’auto-approprier certaines théories du cours ;

Ø  Valoriser la coopération entre les élèves et l'apprentissage par les pairs et permettre aux plus forts d’apprendre encore plus en enseignant aux plus faibles. (4)

Voilà la tâche qui m’attend dans les prochaines années … vite les multivitamines d’Adrien Gnognon en vente chez Jean Couteux ! 


*      Les attentes désillusionnées

C’est en intégrant les TIC progressivement et délicatement à ma pédagogie que je me suis un peu désillusionné par rapport à l’usage de cet outil « à la mode ». Peut-être étais-je naïf ou que je suis de ceux qui voient tout en rose bonbon ? Mais attention, mon désillusionnement n’est pas en rapport avec l’efficacité des outils TIC car ne vous leurrez pas ; ces derniers sont très utiles en pédagogie et peuvent être un moyen exceptionnellement efficient pour faire apprendre plus et pour rendre les étudiants plus actifs et responsables.

« Les TIC ne sont pas des outils servant à la motivation et à la mobilisation des étudiants dit « de la génération TIC » »

Mon désillusionnement provient d’une des conceptions que j’avais et que j’ai infirmées en utilisant les TIC. Je croyais _ que parce que j’avais affaire à des étudiants qui naissaient avec l’ordinateur et les nouveaux moyens de communication rapides, que parce que certains élèves avaient fait des programmes au secondaire entièrement sur ordinateur, que plusieurs y passaient plus de 15 heures par semaine (chat, Facebook, courriel, forum, blog …) _ que l’usage de l’outil en soi allait les mobiliser et les motiver aux activités d’apprentissage si je les proposais à l’ordinateur au lieux de les faire de façon traditionnelle. Il n’y a rien de plus faux que cette conception.  

Il faut savoir comme enseignant _ avant de passer aux étapes 4,5 et 6 du processus ci-haut _ qu’une activité d’apprentissage proposée en classe qui est non-signifiante, mal conçue, démobilisatrice, sans fondements, ne permettant pas de choix et d’interactions, de responsabilisation et d’engagement ; sera tout aussi démobilisatrice et non-signifiante pour l’apprenant si on la fait réaliser à l’ordinateur en remplacement de la façon traditionnelle. Que l’étudiant TIC, qui trouve une activité démobilisante de façon traditionnelle, la trouvera tout aussi insignifiante à l’ordinateur. Pour un étudiant TIC, que de prendre un texte ou un commentaire sur un Forum, si ce texte ou ce commentaire n’est pas pertinent ou ne permet pas d’apprendre plus ; ce n’est pas plus motivant que de l’avoir par écrit en classe, sur du papier imprimé. Si l’enseignant TIC en progression croit cela, il se trompe. Je sais, je l’ai vécu plusieurs fois.

Dans les faits, l’enseignant TIC doit savoir que pour entreprendre les étapes 4, 5 et 6 ci-haut, il devra entreprendre les dix initiatives suivantes. (Je les ai composés en considérant mon expérimentation et les erreurs que j’ai faites au courant des 8 dernières années.)


*       Les 10 initiatives à prévoir pour pouvoir intégrer les TIC à sa pédagogie.


1.     Tu devras refaire graduellement et  complètement chacune de tes activités d’apprentissage en fonction des TIC.  Tu pourras adapter aux TIC très peu de ce que tu fais traditionnellement;

2.     Tu devras repenser chacune de tes leçons en fonction des TIC (séquence et déroulement) et ce, pour chaque cours que tu donnes;

3.     Tu devras revoir ta didactique et revoir tes contenus pour permettre aux étudiants de se responsabiliser et leur permettre de s’approprier certains contenus que tu devras élaguer de tes prestations orales;

4.     Tu devras innover et inventer des activités d’apprentissage qui tiendront compte de la 3ième initiative;

5.     Tu devras repenser tes évaluations en tenant compte de ta nouvelle pédagogie _ peut-être que l’examen traditionnel n’est plus adéquat;

6.     Tu devras aider tes étudiants à élaborer de nouvelles stratégies d’apprentissage, de nouvelles stratégies métacognitives;

7.     Tu devras effectuer 3 à 4 fois plus d’évaluations formatives, en classe et/ou hors classe via les technologies;

8.     Tu parleras moins devant le groupe durant tes cours, mais tu échangeras 5 à 10 fois plus en individuel ou avec des équipes de travail;

9.     Tu devras accepter de ne plus tout contrôler et apprendre à faire confiance à tes apprenants;

10. Tu y consacreras plusieurs heures de ton temps de disponibilité au cégep, mais aussi et surtout de ton temps personnel. Intégrer les TIC parfaitement, avec nos tâches d’enseignant, cela va au-delà des 32h ½  prescrites.



*      Conclusion et gains

Vous me demanderez alors ceci : quelles sont les gains pour l’enseignant désireux d’intégrer complètement les TIC à sa pédagogie ?  Il semblerait que les 10 initiatives soient très exigeantes, non ? Et je vous répondrai alors ceci …

Les premiers gains sont pour moi et ils se retrouvent principalement dans mon attitude et ma motivation face à mes pratiques pédagogiques. Les TIC m’ont permis une remise en question de mes actions en classe et une nouvelle façon de percevoir l’apprentissage. Cette nouvelle approche tient compte du socioconstructivisme et de l’apprentissage par les pairs. Les bénéfices se retrouvent aussi dans la satisfaction personnelle que j’ai d’avoir revu et corrigé la totalité de mes activités d’apprentissage en classe. Lorsque j’ai débuté l’intégration des TIC à ma pédagogie, j’en étais à ma cinquième année d’enseignement et mes activités en classe avaient besoin d’un ménage et d’une réorientation d’efficacité. Efficacité tournée vers l’apprentissage au lieu du remplissage de verres vides.

Les autres bénéfices ou gains sont surtout pour les étudiants. J’en bénéficie indirectement par ricochet vous me direz et vous avez raison. La génération TIC, contrairement aux précédentes, a des attentes et des besoins nouveaux : rapidité des interactions, usage des outils technologiques, immédiateté des activités, activités qui sont signifiantes … Nous savons aussi que  la perception qu’un élève a de lui-même face à la réussite et à ses capacités à réussir a un impact significatif sur son apprentissage. Mon expérience avec les TIC depuis 8 ans me permet d’affirmer que ces derniers ont une incidence sur  l’apprentissage de l’étudiant parce qu’ils permettent :

1.     de travailler avec un nouveau médium (pour autant que l’activité soit pertinente et mobilisatrice, c’est essentiel) et de développer des compétences transversales (technologie, organisation de son temps, engagement…) ;

2.     un enseignement plus personnalisée et une rétroaction plus fréquente (par le courriel ou le message sur le Forum) ;

3.     une plus grande autonomie pour mes étudiants (voir les informations et les théories via Internet et mon site Web) et une plus grande responsabilisation pour la préparation aux leçons ;

4.     un changement d’attitude face à leur nouvel environnement d’apprentissage et à leur perception qu’ils ont face à la possibilité de réussir …

Je reçois des courriels et des commentaires sur mon Forum ou mon Blog qui sont des messages reliés au cours (contenus, questions sur les activités, questions de compréhension) ; qui sont des demandes pour assurer des réponses aux devoirs, des rétroactions formatives … et qui permettent de sécuriser les étudiants sur leur capacité à mieux réussir, à prendre un certain contrôle sur leur apprentissage.


Engagez-vous dans les TIC en pédagogie, cela en vaut vraiment le coup !
.

4 commentaires: