10 articles les plus consultés / 30 derniers jours (Cliquer sur le lien et voir plus bas)

License

Recherche de votre sujet par mots clés (ex: pédagogie active) OU Consulter les libellés au bas de la page, à gauche OU Consulter les 10 articles les plus populaires des 30 derniers jours, au haut de la page.

Rechercher les articles dans ce BLOGUE par mots-clés

mardi 15 mars 2011

Le multitâche non contrôlé, en apprentissage, est une illusion.

De par mes valeurs pédagogiques personnelles, je crois fermement en cette affirmation. Non pas le multitâche pédagogique qui s’applique au travail académique permettant à l’étudiant de travailler en mode balayage et en conduisant plusieurs activités variées consécutives en vase clos (lectures, ateliers, devoirs sur Internet, travaux de recherche sur Internet, bilan, évaluations), mais le multitâche illusoir et illogique qui s’opère dans un espace temps consubstantiel et inséparable (comme rédiger un travail sur Word tout en textant sur téléphone intelligent, en mettant un commentaire sur facebook et en écoutant de la musique, par exemple).

Soyons clair, je suis un adepte de ce multitâche pédagogique de balayage qui consiste à faire travailler nos élèves sur plusieurs activités sucessivement de façon bien encadrée et concentrée sur une période de temps fixe et en alternance. Il est le fondement de ma pédagogie: voir ce lien. Nous constatons donc qu’il existe deux formes de multitâche :

  1. le multitâche dit «de balayage pédagogique», en alternance et planifié par l’enseignant ;
  2. le multitâche dit «autonome et non contrôlé», décidé et utilisé par l’étudiant (très souvent impliquant des technologies, portable, Iphone, Ipad … et les réseaux sociaux comme facebook, twitter, les blogs)


C’est de cette deuxième forme dont je veux vous entretenir. Celle qui semble être le lot de la nouvelle génération. Celle qui laisse présumer, semble-t-il, à une illusion de compétence chez les jeunes. Clifford I. Nass, professeur de psychologie à l’Université de Stanford, affirme que les jeunes qui fonctionnent, travaillent et apprennent en mode multitâche «autonome et non contrôlé» ont une très grande confiance en leurs capacités. Par opposition, des recherches très sérieuses tendent à démontrer, qu’en réalité, ces personnes réussissent moins bien que la plupart des gens qui travaillent et apprennent en multitâche dit «de balayage pédagogique» en alternance et planifié.

«En effet, l’été dernier, Nass et deux de ses collègues ont publié une étude (Cognitive control in media multitaskers) qui démontre que les personnes qui se décrivent comme des adeptes du multitâche (autonome et non contrôler) réussissent beaucoup moins bien les tâches cognitives et mémorielles qui impliquent des distractions que les personnes qui préfèrent se concentrer à l’exécution d’une seule tâche. Cette étude ajoute une preuve de plus qui soutient la thèse qu’il n’est pas sage de s’adonner à plusieurs tâches en même temps.» Source


Voir aussi cet article

3 commentaires:

  1. ZE question is : comment faire pour contrôler cette deuxième forme de multitâches ?

    RépondreSupprimer
  2. Il faut organiser nos activités en séquences bien structurées et contrôlées ... en utilisant la variance, la diversité et les outils à notre disposition : tantôt une rédaction, tantôt un devoir individuel, tantôt une recherche sur le net, tantôt un devoir de groupe, tantôt une discussion de groupe, discussion entre étudiants, débats ....

    si tu veux une liste et des exemples, vient me voir j'ten donnerai à partir de mon site

    RépondreSupprimer
  3. Ooups je t'ai répondu vaguement ... la seule façon de contrôler la deuxième est d'appliquer la première ....

    RépondreSupprimer